Wednesday, September 18, 2002

PAPON LIBERE

Un nouveau jour de honte pour la France: Maurice Papon, qui a envoye des millers de juifs francais vers les chambres a gaz a ete juge trop age pour sejourner en prison. Moins de 3 ans pour complicite de crime contre l'humanite. Je laisse la parole a Pascale Zonszain de ProcheOrient.com, dont le grand pere a fini ses jours a Auschwitz:

Parce qu'il est insupportable de lire les attendus de la décision de la Cour d'Appel de Paris, qui, dans la sécheresse de la langue juridique, énoncent des principes, que le même État de droit a sciemment refusés à 76.000 juifs. "Il n'existe aucun établissement pénitentiaire spécialisé susceptible d'accueillir des détenus en fin de vie". Et les 1.690 hommes, femmes, enfants, bébés, que Maurice Papon a livrés à la machine de mort nazie, n'étaient-ils pas des "détenus en fin de vie" ? "Le pronostic vital" du détenu Papon justifie l'élargissement d'un homme de 92 ans, nous dit la Cour d'Appel. Quel "pronostic vital" avaient tous ceux dont l'existence, l'avenir, l'espoir ont fini dans les cendres ?

Comment peut-on accepter sans nausée qu'un complice de crimes contre l'humanité, devienne tout à coup un vieillard cardiaque qu'il faut laisser mourir en paix ?

Quelle confiance peut-on accorder à un État qui demande pardon pour les crimes commis contre les juifs, mais qui libère leurs bourreaux ? Quelle assurance peut-on avoir que d'autres iniquités ne seront pas commises à l'avenir contre d'autres juifs, au nom des mêmes principes pervertis, au nom de prétendus "droits de l'homme" vidés de toute substance ?

Tuesday, September 17, 2002

RELAXE REQUISE POUR HOUELLEBECQ

Le parquet a requis la relaxe dans le proces de Michel Houellebecq, appele a comapraitre pour ses propos sur l'Islam (et non contre les musulmans comme ceux-cis voudraient nous faire croire). Un des propos reproches a Houellebecq:

«La religion la plus con, c'est quand même l'islam»

Aucun regret au tribunal:

«je n'ai jamais manifesté le moindre mépris pour les musulmans, mais j'ai toujours autant de mépris pour l'islam».
«Il existe un discours convenu qui consiste à dire que les textes fondamentaux ne prêchent que la paix. Mais dans la réalité, les
textes monothéistes ne prêchent ni la paix, ni l'amour, ni la tolérance: ce sont des textes de haine»,