Saturday, April 27, 2002

UN AUTRE MONDE

Lors de sa visite au Texas pour rencontrer George W. Bush, le prince Abdullah d'Arabie Saoudite s'est appliqué à rentrer en contact avec le moins de femmes possible. Et cela marche aussi pour l'avion qui le transportait: aucune femme ne devait établir aucun contact que ce soit avec l'équipage. Le prince a donc requis que seuls des hommes aiguilleurs puissent aider l'avion dans son approche à l'aéroport de Waco. De même, il était impensable qu'une femme puisse se trouver sur le tarmac pour acceuilir l'avion. Les autorités ont accepté, certainement pour éviter un incident diplomatique. Venu à Crawford pour demander à GWB de tempérer son soutien à Israel, le prince est reparti avec cette réponse du Président: "Nous ne laisserons pas Israel se faire écraser". Way to go Dubya!
VOILE D'IGNORANCE

Courrier International nous livre une traduction de l'analyse de David Ignatius du Washington Post qui rappelle que les gouvernants français se plaisent à dénoncer le racisme et les inégalités mais ne se donnent aucun moyen de rendre la société plus ouverte en ignorant la fracture communautaire de la France. Cela ne sert à rien de dénoncer le 'communautarisme' sans tenter de rassembler les français à la base.


Le “Washington Post” publie aujourd’hui une analyse passionnante du premier tour de l’élection présidentielle en France. David Ignatius, grand connaisseur de notre pays, commence par une comparaison entre la France et les Etats-Unis. “Si l’esclavage est le péché originel de l’Amérique, le colonialisme est celui de la France moderne.” Le chroniqueur, qui vit en France, rappelle à ses lecteurs qu’”en 1968 les émeutes raciales ravageaient les villes américaines” et que Richard Wallace, l’équivalent historique de Le Pen pour les Etats-Unis, “avait rassemblé 13 % des voix sur un programme raciste. Aujourd’hui ce sont les banlieues françaises, peuplées des fils d’une immigration postcoloniale, qui s’enflamment et Jean-Marie Le Pen qui fait l’actualité.”

David Ignatius rappelle par ailleurs qu’après les troubles de 1968 les Etats-Unis se sont mis au travail. La Commission Kerner a longuement décrit les deux Amériques “séparées et inégales”, et des politiques de discrimination positive (affirmative action) ont été mises en place. Elles consistent à réserver dans les services publics et les universités un quota de places aux minorités raciales. A l’inverse, explique M. Ignatius, “la France ne fait aucun effort sérieux pour résoudre les problèmes raciaux qui l’affectent. La classe politique française s’en tient au déni. Elle préfère dénoncer le racisme de Le Pen et de ses partisans plutôt que de chercher les moyens concrets de réduire l’énorme fracture entre communautés ethniques.”

A titre d’exemple, David Ignatius explique que “la France n’a pas de statistiques par race ou religion. Cela rend impossible le calcul précis du taux de chômage au sein de la population nord-africaine. Taux qui est certainement très au-dessus de la moyenne nationale. L’aveuglement officiel sur les problèmes raciaux, couplé à un système éducatif ultraélitiste, a bloqué en France toute politique sérieuse de discrimination positive, l’idée généralement admise étant que la culture française est assez forte et assez exemplaire pour assimiler tout le monde.”

Or, “il suffit de prendre le métro à Paris pour sentir la tension entre un flot de Français évidemment prospères et des bandes bruyantes de jeunes. En parlant avec des amis français”, ajoute David Ignatius, “je n’entends parler que de heurts intercommunautaires dans les écoles publiques. Mais le pays officiel, lui, continue de prétendre qu’il n’y a pas de problème ethnique en France.” Pis encore, “les politiques français n’ont pas l’air d’avoir pris le résultat de M. Le Pen comme un avertissement. Ils continuent de croire que les problèmes raciaux n’arrivent qu’aux autres, aux Etats-Unis en particulier, mais pas en France.” Or, “si la France ne résout pas sérieusement ce problème, Le Pen continuera de se renforcer”.

En comparaison, “aux Etats-Unis, des lois donnent un traitement préférentiel aux minorités raciales, au grand dam de beaucoup de Blancs. Mais cette discrimination positive a permis à ces minorités raciales de percevoir les Etats-Unis comme une société ouverte à toutes les opportunités.” En conclusion, “si les intellectuels français étaient un tant soit peu sérieux, ils arrêteraient de moraliser et commenceraient à réfléchir à une société ouverte qui donnerait leurs chances à tous pour avoir un travail. C’est la seule façon concrète d’assécher le marais sur lequel Le Pen a pu prospérer.”

Friday, April 26, 2002

LOL

Une vidéo de célébrités appelant à ne pas voter pour Le Pen va être distribuée dans 20 villes ou le candidat d'extrème droite a fait ses plus gros scores. Parmi les stars qui y ont contribué: les rappeurs Kool Shen de NTM et Akhénaton de IAM. Sachant l'estime des électeurs lepénistes pour ces artistes, je doute que cela puisse convaincre.

Thursday, April 25, 2002

LECON MALVENUE

A tous ceux qui pensaient que la France allait pour un moment s'abstenir de donner des leçons de politique à l'étranger, Hubert Védrine, ministre des affaires étrangères sur le départ, vient de montrer qu'on se défait difficilement des mauvaises habitudes. Moins de 24h après le succès de Le Pen et après des mois de violences impunies contre la communauté juive de France, Védrine s'est permi lundi de critiquer les juifs américains pour leur soutien au gouvernement israélien dans sa guerre contre la terreur dans les territoires. Selon Védrine, les organisations juives américaines ne font pas assez pour la paix et sont en fait plus intransigeantes que Ariel Sharon lui même. Par contre pas un mot sur l'Irak, l'Iran ou la Syrie qui financent les terroristes et dont les dirigeants mouillent leurs draps en révant à la destruction d'Israel. En un mot, seul les juifs sont responsables. Les juifs du monde entier devraient s'opposer à la défense de la Terre Promise et prier pour que les 500 millions d'arabes de la région fassent de même pour que l'on puisse dialoguer en toute sérénité.

Wednesday, April 24, 2002

LEGENDE DU HEAVY METAL ET PERE DE FAMILLE


Le hit de l'année à la TV américaine,c'est The Osbournes, en fait c'est le show le plus regardé de l'histoire de MTV! Drudge note le nouveau record d'audience hier soir: presque 8 millions de télespectateurs. Pour ce reality show sans aucun script, Ozzy Osbourne, l'ancien leader, anglais, de Black Sabbath, a laissé MTV filmer 6 mois de sa vie de famille. On découvre donc Sharon, sa femme/manager, la morose Kelly, 16 ans, aux cheveux roses et le capricieux et rebelle Jack, 15 ans. Ozzy a maintenant 53 ans et les années passées à prendre de l'extasy tous les jours et à torturer des chauve-souris en implorant satan sur scène ont laissé des traces visibles. Ozzy a du mal à se mouvoir, à entendre et surtout à maîtriser ses enfants et leurs 7 ou 8 chiens et chats. La saison commence quand les Osbourne emménagent dans une magnifique maison de Beverly Hills et on regarde le pauvre Ozzy se demander quel est le meilleur endroit pour mettre sa collection de crucifix, accrocher une tête de satan sur la porte d'entrée ou se battre avec une télécommande satellite de la taille d'un annuaire. On se rend très vite compte que la star du heavy metal s'est assagie et que entre les quelques apparitions au Tonight Show de Jay Leno et les rares concerts, seule compte maintenant la vie de famille. Ozzy et Sharon sont extremement tolérants, le curfew des enfants est à 2:30, toutes les phrases, de la mère au jeune fils, sont ponctuées de s... et de f... bien sûr blippés par MTV, rendant difficile la compréhension, puisqu'en plus toute la famille a un accent anglais assez prononcé. Quand Kelly sort avec ses copines, Ozzy lui dit bien ''Don't drink, don't do drugs, and if you have sex, wear a condom", et malgré toutes les apparences, malgré les réflexions assorties d'obscénités, l'amour qu'il ya dans cette maison saute aux yeux. Tout le monde s'embrasse pour mieux ensuite se critiquer les uns les autres. C'est une famille d'iconoclastes avérés et c'est pour ça que les étrangers qui viennent à la maison suscitent les plus gros rires, tel que le security guard embauché la veille qui affirme à la caméra à quel point il apprécie la famille et qui, quand Ozzy l'invite à regarder, en toute candeur, une de ses apparitions à la TV, tire une gueule faite d'un mélange d'incrédulité et de rejet manifeste. Ozzy et sa famille sont tellement uniques et attachants que c'est un réel plaisir de regarder le show. Je le conseille à tout le monde tellement c'est savoureux. Les 7 premiers épisodes (20 mns chacun) sont sur Kazaa. Enjoy!
MILLER TIME

Asparagirl nous livre un article hilarant du comédien Larry Miller, que je conseille aux anglophones au sens de l'humour bien accroché. Un extrait:

Okay, so the Adjacent Jew-Haters [the Palestinians] want their own country. Oops, just one more thing. No, they don't. They could've had their own country any time in the last thirty years, especially two years ago at Camp David. But if you have your own country, you have to have traffic lights and garbage trucks and Chambers of Commerce, and, worse, you actually have to figure out some way to make a living. That's no fun. No, they want what all the other Jew-Haters in the region want: Israel. They also want a big pile of dead Jews, of course--that's where the real fun is--but mostly they want Israel. Why? For one thing, trying to destroy Israel--or "The Zionist Entity" as their textbooks call it--for the last fifty years has allowed the rulers of Arab countries to divert the attention of their own people away from the fact that they're the blue-ribbon most illiterate, poorest, and tribally backward on God's Earth, and if you've ever been around God's Earth, you know that's really saying something. It makes me roll my eyes every time one of our pundits waxes poetic about the great history and culture of the Muslim Mideast. Unless I'm missing something, the Arabs haven't given anything to the world since Algebra, and, by the way, thanks a hell of a lot for that one.

Monday, April 22, 2002

ONE MORE FRENCHMAN TO BE ASHAMED OF

Zacarias Moussaoui, en attente de procès à Alexandria,VA pour répondre à six chefs d'accusations qui pourraient le mener à la chambre à gaz, a refusé l'assistance des avocats commis d'office pour sa défense car ils seraient associés avec le gouvernement dans un "complot contre sa vie". Moussaoui veut se representer lui même dans un procès qu'il désire sans jury populaire. Il a intérêt à l'emporter sur ce point car après ce qu'il a dit aujourd'hui devant la cour, il peut laisser tomber l'idée de bénéficier d'une preuve de clémence: Quoting frequently from verses of the Quran and adding his own comments, Moussaoui said "I pray to Allah" for "the destruction of the United States of America," for "the destruction of the Jewish people and state". En tout cas, Moussaoui semble etre prêt à rejoidre les jeunes vierges qui l'attendent dans l'au-delà en se dirigeant résolument vers la chambre à gaz. Dans sa première intervention en public, un discours de 50 mins, il est de façon caricaturale totalement rentré dans la description qu'a fait de lui le Dpt of Justice: With his remarks today, Mr. Moussaoui appeared to embrace the government's description of him as a Muslim extremist who supported Mr. bin Laden's call for the destruction of the United States. Quoting frequently from the Koran, Mr. Moussaoui said that his trial amounted to a struggle between Muslims and "pagans, Jews, Christians and hypocrites."
HYPOCRESIE

Manifestations anti-FN à Rennes. Cours annulés à Sciences-Po, un cortège se dirige vers la Mairie. Ironique: les étudiants de l'IEP Rennes votent surtout pour Mamère et Besancenot, et ont donc facilité le déclin de Jospin. Et maintenant ils vont dans la rue dire qu'ils ne veulent pas de Le Pen. Mais Le Pen n'est pas tombé du ciel, il a simplement profité de la dispersion ridicule de la gauche. Admettre qu'ils ont fait une erreur en sous-estimant la détermination des électeurs du FN? Non, ça jamais. C'est bien plus facile d'appeler à la "résistance" que d'adresser les contradictions qui ravagent la gauche française.
JOUR DE HONTE

Je suis vraiment triste ce soir de voir le répugnant Jean Marie Le Pen se qualifier pour le 2ème tour. On se croirait replongé aux plus inavouables heures de l'histoire française. Mais déja j'accuse la gauche de s'etre autodétruite et d'avoir ainsi laissé l'inimaginable se produire. Que ce soit Jospin qui se soit situé trop au "centre" et qui n'ait pas avoir écouté la rue ou que ce soient les Mamère, Laguiller et Besancenot qui se soient trompé de cible en focalisant leur dégout sur Jospin et non pas sur l'extreme-droite, c'est bien un déficit total de stratégie et d'intelligence politique à gauche qui est évident. On assiste au même scénario qui a vu Ralph Nader amener GWB à la Maison Blanche et la gauche italienne se décrédibiliser et faciliter la victoire de Berlusconi. Les jeunes n'ont pas fait leur boulot de citoyen en établissant un nouveau record d'abstention des moins de 35 ans. J'espère que ces jeunes et la gauche contestatrice vont enfin réaliser qu'en restant les bras croisés pour les uns et qu'en vivant dans l'utopie pour les autres, ils laissent la droite dure seule pour répondre aux vrais problèmes des gens. Car ce qui concerne les français ce n'est ni la légalisation du cannabis, ni la fin du nucléaire ou la "malbouffe" mais bien le sentiment de peur devant la violence quotidienne dans les quartiers les plus difficiles et l'impression d'être coupé des élites réfugiées au sein d'un Etat centralisé et immuable. Le succès de Le Pen ce soir ce n'est pas la victoire de ses idées (il n'a que 200.000 de votes de plus qu'en '95,) mais le constat d'échec de la gauche (Jospin a perdu 2 millions de votes) et les gens qui vont aller manifester dans la rue demain feraient mieux de se demander si ils ne pas eux-mêmes responsables, du fait de leur inaction ou de leur dispersion, de la défaite de Jospin et par là de la surprise Le Pen.